E-mail:service@Athenadental.fr     Tel: +0977198850

La fac dentaire attend son grand ménage

14/01/2014

L’épouse du doyen condamnée pour plagiat, une inspection générale qui pointe des dysfonctionnements : l’unité d’odontologie de la l’université Paul-Sabatier est en sursis.

 

Bertrand Monthubert, le président de l’université Toulouse III - Paul Sabatier, est bien décidé à remettre de l’ordre au sein de l’unité de formation et de recherche (UFR) d’odontologie, plus communément appelée la fac dentaire. Vendredi dernier, il a pris connaissance du rapport de la mission de l’inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale et de la recherche, qu’il avait lui-même sollicitée, dès la rentrée universitaire en septembre, pour en finir avec les vieux conflits internes qui rongent l’institution.

 

La teneur de l’enquête ne l’a pas surpris. «Ce rapport indépendant pointe des dysfonctionnements dont il faut tirer les conséquences, nous a expliqué, hier Bertrand Monthubert. Je veux que les inspecteurs viennent présenter leur rapport devant le conseil d’administration de l’université avant de prendre les décisions qui s’imposent». Pas question d’en savoir plus pour le moment. Tout juste sait-on que les dysfonctionnements en question, d’ordre déontologique, portent pour partie sur la gouvernance de la fac dentaire et notamment sur la constitution des listes électorales. Le scrutin, qui devait avoir lieu en septembre, a déjà été repoussé d’un an. «Je ne suis pas un juge de paix, je veux simplement ramener la sérénité au sein d’une formation universitaire qui a plus besoins de mettre son énergie au service de la formation et de la recherche que des guerres intestines», prévient le président de Paul-Sabatier, qui concède que «les choses ne sont pas simples» et que ce ménage interne «va prendre du temps». Le conseil d’administration devrait pourvoir se tenir avant la fin du mois de février.

 

Mais un autre front, judiciaire celui-là, est ouvert devant le tribunal correctionnel de Paris au sujet de l’épouse du doyen de l’UFR d’odontologie, Michel Sixou, par ailleurs candidat à sa propre succession. Christine Sixou, accusée de plagiat sur un de ses élèves pour la rédaction de sa thèse en 2006, vient d’être condamnée pour «contrefaçon d’une œuvre de l’esprit au mépris des droits de l’auteur».

 

L’universitaire a fait appel de la décision, une procédure suspensive, alors que son mari crie au complot, persuadé que c’est lui que l’on vise dans la lutte pour le pouvoir à la tête de la faculté. Michel Sixou, pointe du doigt sans les nommer ses opposants, un petit groupe de professeurs qui aurait encouragé la procédure… «Il ne m’appartient pas de me prononcer sur cette question tant que l’affaire n’est pas définitivement jugée, souligne Bertrand Monthubert. La thèse ayant été défendue à Paris V, il est très compliqué de savoir qui doit agir de l’université parisienne ou de nous. La seule chose que je peux dire c’est que le plagiat est effectivement interdit». Si le jugement était confirmé en appel, c’est la thèse de Christine Sixou qui pourrait être purement et simplement annulée avec l’impact que l’on devine sur son poste universitaire et les fonctions de son mari dont la position pourrait devenir intenable. Le Président Monthubert a fait savoir «qu’il avait d’ores et déjà pris contact avec les autorités académiques, pour évaluer les conséquences qui pourraient en résulter».

 

Une deuxième enquête demandée

Le président de l’université Paul- Sabatier attend que le rapport des deux inspecteurs généraux de l’éducation nationale et de la recherche soit soumis aux membres du Conseil d’administration de l’université, d’ici fin février au plus tard, pour «présenter les actions qu’il entend initier pour remédier aux dysfonctionnements constatés».

 

Par ailleurs, note-t-il, «il est apparu à l’occasion de ce rapport que des investigations complémentaires pourraient être conduites». Bertrand Monthubert a donc sollicité la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, afin qu’une mission complémentaire soit diligentée.

 

Ressource: ladepeche.fr

 

Athenadental.fr est une société de distribution de produits dentaires. En possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. De diverses catégories : turbine dentairemicro moteurfraise dentaire ainsi que d’autres outils de dentistes. L’équipe d’Athenadental.fr s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.


Showing of 0 records
écrire un commentaire
Votre evalution:
Votre E-mail:
Contenu:
Invitez vos amis

athenadental.fr icon